Plastic people

Avec la complicité du plasticien Eric Heilmann, Plastic People associait en 2015 les élèves de 5e du Collège de l’Estaque pour la réalisation d’un livre augmenté sur le thème de la pollution par le plastique.

Ateliers de découverte et de fabrication donnaient lieu à une création collective rassemblée dans un ebook enrichi de vidéos et diffusé dans la communauté éducative.

  • Eric Heilmann est un artiste plasticien qui, depuis son projet "Mickey l'ange et son nombre" travaille sur le concept de l'accumulation, en collectionneur infatigable. 

    Il vit aujourd'hui au Maroc où il explore toutes les interprétations et mises en scène des milliers de bouchons rejettés par la mer.

    Eric Heilmann a collaboré à de nombreux projets depuis 1992, notamment avec Ilotopie ou Générik Vapeur.


    Sa démarche en quelques mots :

    "Démarche personnelle (recherches plastiques)
    1- Les récoltes

    Pendant l'hiver 2012-2013, j'ai photographié chaque récolte effectuée. Ces récoltes ne sont pas régulières, n'étant pas présent en permanence auprès de la plage. A chaque sortie, je ramasse plusieurs dizaines ou centaines de bouchons. Mon record à ce moment ayant été atteint le 19 décembre 2012: 879 bouchons ! alors que j'en avais ramassé 728 la veille au même endroit...

    Ensuite je range et je classe par couleurs, par tailles, par types, par marques...
    Environ 50 000 bouchons en tous genres ont été recueillis et stockés.

    2- Le "bouchon planète" - Collection n°1
    Environ 10% des bouchons que je ramasse sont abimés, déformés, cassés, percés, brulés ou autre et je les range dans une catégorie indépendante
    Environ 5 000 bouchons de ce genre ont été photographiés en très gros plan, à la verticale. i
    Ils ont ensuite été détourés et nettoyés sur Photoshop.
    Ces bouchons vus à la manière d'un microscope révèlent des matières inattendues, des reliefs, des particularités, un vécu, une histoire...
    Chaque bouchon devient une planète. Certaines ont développé un nouvel éco-système, certaines craquent, d'autres ont explosé, ou ont été écrasées, martyrisées...

    2- L'inventaire - Collection n°2 et expériences photos et animation
    Muni de cadres de différents formats, j'ai photographié des planches de bouchons identiques pour faire l'inventaire des différents types de bouchons rassemblés à la suite des multiples récoltes effectuées, étalées sur trois hivers consécutifs.
    Au cours de cette recherche qualitative et quantitative, différentes possibilités graphiques sont apparues. De la monochromie vers la polychromie, de l'informel vers la géométrie, de la rigueur vers le ludique, de l'abstrait vers le figuratif.
    De plus, les stocks étant en évolution permanente, cette expérience n'a pas été prolongée.
    L'inventaire reste à faire, de différentes manières.

    3- Les "bouchons - pixels" - Expériences graphiques
    Pour couvrir une surface d'un mètre carré avec des bouchons standards rangés au plus serré, il faut environ 1000 bouchons. C'est un repaire dans l'espace.
    Dans un cadre comprenant 480 bouchons identiques (même calibre), j'ai expérimenté différentes manières de passer d'une surface monchrome à une autre surface monochrome. Cette expérience a été tentée une vingtaine de fois, avec les trois couleurs primaires (Bleu, rouge, jaune) et en 240 images à chaque fois que 2 bouchons changent de couleur, ce qui permet d'obtenir un petit film d'animation.

    4- Land art - Expérience en extérieur
    A l'occasion de l'édition 2013 du festival "Les Envies-Rhônements" en Camargue, j'ai photographié image par image 2000 bouchons bleu identiques, de la marque Sidi Ali (eau minérale), avec lesquelles des formes ont été dessinées sur le sol et dans la nature.
    Cette expérience a duré 6 jours en 6 lieux différents et a été l'occasion de turner 6 courts films d'animation.

    5- Autres et perspectives
    Les différentes expériences menées jusqu'ici sont en cours d'achévement, à compléter et/ou à approfondir et à developper. C'est une recherche en cours, un work in progress.
    D'autres pistes, d'autres dispositifs et d'autres orientations sont à l'étude.
    - Photos en oblique (sortir de la verticalité anthrpométrique - Relief, perspective)
    - Films d'animation multicoloré (recherches graphiques - plus de pixels...)
    - Land art avec des quantités de bouchons beaucoup plus importantes.
    - Expositions, performances, livre numérique, web-documentaire...


  •  

    Le projet d'ebook reposait sur une intention simple : renforcer la conscience écologique des enfants, en interpellant le besoin de recyclage, les amener à une prise de conscience des dangers du plastique (les emballages) au niveau local et planétaire (les rivières, les mers, les océans, le 7° continent...).

    Le projet s'est appuyé sur un atelier de fabrication d'une oeuvre collective par les élèves.

    Eric Heilmann en développe ici l'origine.  

    Découverte d'un phénomène

    1° découverte : Pollution visuelle
    A l'occasion d'un voyage dans le sud du Maroc, sur la côte Atlantique, je découvre que les plages sont couvertes de bouchons en plastique. Je décide de les ramasser, pour nettoyer un peu la plage mais aussi parce que je les trouve très jolis.

    2° découverte : Pollution visuelle permanente
    Installé pour quelques mois d'hiver dans cette région du monde et je me rends compte assez rapidement que j'ai beau retirer chaque jour tous les bouchons que je trouve, j'en ramasse autant chaque fois que j'y retourne. La source semble inépuisable et je trouve ça très étonnant...

    3° découverte : Les origines du phénomène
    Je décide de mener une petite enquête pour essayer de comprendre ce phénomène assez mystérieux. Il y a bien sur les touristes qui abandonnent leurs déchets sur la plage, les bateaux qui passent et qui jettent les poubelles par dessus bord mais ce sont en fait les oueds qui sont les principales sources d'alimentation.
    En effet, dans les villages traversés par les oueds, ceux-ci servent de décharges publiques toute l'année. Quand la saison des pluies revient (pas souvent et pas tous les ans), les déchets accumulés sont emportés vers l'océan, que les courants marins brassent et rebrassent indéfiniment. Une partie de ces déchets est emportée vers le large mais la plus grosse part stagne sur le littoral, que les marées rejettent en partie suer les plages deux fois par jour...

    4° découverte : Les particularités du plastique
    Autre découverte faite au cours de cette petite enquête, la plupart des déchets rejetés vers l'océan disparaissent naturellement, à commencer par les matières organiques, dévorées par la faune locale. Les métaux coulent au fond de l'eau (pas toujours) mais les bouchons en  plastique ont la particularité d'être extrêmement résistants.
    Je prends alors conscience qu'il y a en fait autant de bouteilles que de bouchons qui sont abandonnés dans la nature mais que si les bouteilles disparaissent visuellement assez rapidement, celles-ci sont toujours présentes sous formes de fragments de plus en plus petits, mais de plus en plus nombreux... En y ajoutant les sachets d'emballage et bien d'autres objets de consommation courante, ça fait beaucoup de plastique...

    5° découverte : Le 7° continent
    En me renseignant davantage encore sur différents sites internet et en voyant plusieurs films documentaires sur le sujet, je découvre l'ampleur d'un phénomène planétaire plutôt inquiétant. En effet, le plastique ne disparait jamais définitivement. Réduit à l'état moléculaire, il remplace progressivement le plancton dans des proportions phénoménales dans certaines zones parfois grandes comme des continents. On parle d'un 7° continent mais plusieurs zones ont été découvertes dans différents océans tout autour de la planète.

    6° découverte : Un désastre écologique et alimentaire
    De plus, les industriels ajoutent différents composants chimiques aux plastiques, pour les rendre plus souples ou plus résistants par exemple et se sont ces produits ajoutés au plastique qui s'avèrent être les plus dangereux pour la santé des êtres humains sur le moyen et le long terme. Avalés par les petits poissons eux mêmes avalés par de plus gros ils finissent par revenir dans la chaine alimentaire et empoisonnent nos assiettes.

     

  • Plastic people a été diffusé au sein de la communauté éducative.

 

 

 

2H60
Copyright 2013 2H60